vendredi 30 septembre 2016

Bilan Women's Best {test}

Pendant presque deux mois j'ai pu tester différents produits de la gamme Women's Best, vous savez les produits roses qu'on voit partout sur Instagram tellement leur marketing est agressif.

J'ai testé avant tout par curiosité parce que justement, je voyais leurs produits sans cesse sur IG et ma foi quand on me propose des produits gratuits s'ils m’intéressent je ne dis pas non. Ils ont été d'ailleurs très généreux, dès le début on m'a dit « quand tu veux quelque chose demande-le » et j'avoue je ne me suis pas gênée.

Certains de leurs produits m'ont emballés, d'autres pas du tout et là dessus je tiens à préciser que lorsque je teste un produit je donne toujours mon avis sincère et tant pis si ça ne plait pas à la marque.

D'ailleurs lorsque j'ai publié mon avis sur IG je n'ai plus eu de nouvelles de la marque, j'ai dû les contacter et on m'a retorqué qu'ils n'encourageaient pas les gens à présenter des produits qu'ils n'aimaient pas...ou comment s'en sortir avec une jolie pirouette parce que justement il y a des produits dont mon avis était positif. On m'a proposé de m'envoyer les nouveautés, j'ai décidé de passer à autre chose parc que j'ai envie de voir autre chose et je pense que mes abonnés en ont un peu ras le bol de cette marque.

Je tenais cependant à faire un article récapitulatif sur mon blog tout simplement parce que mes avis sur mon IG seront bientôt noyer par la tonne de photos que je mets.

Je tiens à vous rappeler que les compléments alimentaires ne sont pas nécessaire si vous avez une alimentation variée et équilibrée. C'est votre alimentation et votre pratique sportive qui va sculpter votre corps, pas des pilules ou de la whey. Il faut mieux se faire plaisir en se payant un joli ensemble de sport plutôt que de se ruiner avec des compléments...et peu importe la marque d'ailleurs)




Slim body shake 

C'est un substitut de repas pour perdre du poids. Personnellement je suis contre ce type de produits. On me l'a envoyé mais je ne l'ai pas testé,on ne fait rien de pire pour se retrouver avec un effet yoyo et des troubles du comportement alimentaire.

whey protein 

Les whey women best sont de bonnes qualités et sont faibles en glucides. Elles sont enrichies en acides aminés et en vitamines.
Niveau saveur ça casse pas 3 pattes à un canard. La vanille ça passe, le chocolat j'ai testé une seule fois j'ai pas adhéré. Je retenterais à l'occasion. J'ai essayé de faire des recettes avec comme toutes les instagrameuses mais c'était dégueulasse. Du coup je me limite à l'utilisation en shaker.

Vegan protein 

Une alternative à la whey. C'est un mélange de protéines végétales de pois, soja, riz brun, chanvre, quinoa. Elle est enrichie en super aliments, antioxydants et fibres... J'ai goûté le goût cookies, c'est pas mal mais ça reste chimique comme tous les produits du genre que j'ai pu tester.

Je suis satisfaite de la whey et de la vegan protein. J'en prends seulement ponctuellement car je préfère privilégier la vraie nourriture. Ça va être plus quand je sors et que je peux pas prendre mon fromage blanc.

le slim:

Il est censé arrêter nos envies de nourriture. On nous promet une diminution de l'appétit, une sensation de satiété pendant plus longtemps, une perte de poids rapide.. Blabla...
Je n'avais pas demandé à tester ce produit mais on me l'a envoyé quand même. J'ai testé une fois par curiosité avant un repas festif mais non ça ne m'a pas coupé l'appétit .De toute manière je suis contre ce genre de produit. 

les multivitamines

Elles sont plutôt complètes mais bon ça vous coûtera moins cher d'en prendre en hypermarché ou sur un autre site de nutrition sportive.

le toner:

Il est conçu pour améliorer l'entraînement, stimule la performance physique et mentale, supporter la croissance de muscles toniques et élancés  j'ai fait la cure en entier et je n'ai pas spécialement senti de changement

le burner:

Il stimule la combustion des graisses, stimule le métabolisme, augmente l'énergie...blabla...J'ai testé pour me faire une idée car je n'en avais pas entendu que du bien. On m'a notamment dit qu'il était très chargé en excitants. 
Niveau silhouette je n'ai pas vu de différences par contre j'ai passé des nuits graves pourris tellement ça excitait mon organisme pourtant je le sous dosais. Bref je vous le déconseille. Sur Instagram beaucoup j'ai lu de nombreux témoignages négatifs à propos de ce produit.



Proteins Bites

J'ai adoré les rochers hyperproteiné coco qui m'ont rappelé les rafaelo. Les rochers chocolat étaient pas mauvais mais j'ai moins aimé.
Au goût les deux étaient vachement sucré mais ça reste une alernative gourmande sympa si on veut se faire plaisir.


Proteins cookies

Les cookies je n'ai pas pu les tester car gluten ou risque de gluten dedans et hors de question d'avaler du gluten pour être malade. Alors j'ai fait goûter à l'amoureux et mini chou... Bon ben ils ont pas aimé du tout... mais du tout. D'après ce que l'amoureux m'a décrit ça a en fait une texture de barre protéinée. Enfin à l'œil ils me font pas envie. Sinon leur gros défaut à mes yeux c'est un taux de sucre élevé.


Ce que je reproche quand même avant tout aux produits Women's Best c'est leurs tarifs qui sont quand même vachement élévés par rapport à d'autres marques
Bon après c'est vrai il faut rémunérer les grandes influenceuses pour qu'elles ne disent que du bien et soient ultra enthousiastes de la marque.

Et tant pis si je me grille en disant ça, je pense qu'il est important de donner un avis sincère sur les produits qu'on teste qu'on les achète, qu'on nous les donne ou qu'on nous rémunère pour les tester et les montrer.

Si ça vous intéresse vous pouvez toujours profiter de 10% de réduction avec le code Apple10

Je vous souhaite une belle fin d'après-midi mes fitchoux.


Des bisous





mercredi 28 septembre 2016

20 ans ont passé...

Suite au téléfim puis au débat diffusé hier soir sur France -qui m'ont retournés une fois de plus- j'avais envie de remonter ce texte...  Je l'avais publié en novembre 2015.


C'était il y a des années mais j'ai toujours cette impression que c'était hier. Les années passent, j'ai appris à ranger tout ça dans un coin de ma tête et à ne plus y penser, ça n'empêche que les stigmates sont là et je les affronte tous les jours.

Il a quelque temps une maman a publié à un livre à propos du harcèlement scolaire qui lui a volé sa fille. Tout ça a fait remonter à la surface de tristes souvenirs de mon passé.


Je me demande toujours ce que serait ma vie aujourd'hui si je n'avais pas subi de harcèlement scolaire ? Serais-je plus joyeuse ? Ferais-je plus facile confiance aux gens ? Aurais-je terminée mes études ? Aurais-je un métier que j'aime ?

On parle souvent dans les médias de ceux qui décident d'arrêter leur souffrance en se suicidant, on parle plus rarement des autres : de ceux qui comme moi ont survécu mais à quel prix, de ceux qui auront en partie leur vie gâchée parce que c'est un traumatisme que l'on porte en soit à vie.

C'était il y a 20 ans. Par moment j'oublie et puis les souvenirs reviennent sans dire un mot tout en me poignardant d'une douleur sourde.
C'était il y a 20 ans et quand j'en parle j'ai toujours les larmes aux yeux.


Ma vie actuelle me plaît, je suis épanouie dans ma vie de maman au foyer. J'ai une petite fille adorable, un amoureux presque parfait, un joli appartement. Je n'ai pas à me plaindre. Je l'aime ma vie, mais beaucoup de choses restent douloureuses et j'aimerais tant que tout ça se taise à jamais pour que je puisse vivre pleinement.


Souvent les gens nous jugent, je prends souvent des réflexions dans la tronche parce que je suis maman au foyer alors que ma fille est scolarisée. Mais finalement on ne m'a jamais demandé le pourquoi du comment. Pourquoi est-ce que c'est chez moi que je me sens le mieux ? Pourquoi je suis une angoissée de la vie ? Pourquoi le moindre changement me panique?....

Je ne cherche pas la pitié. Je ne cherche pas à ce que l'on me plaigne. J'aimerais juste que les gens se rendent compte comment le harcèlement scolaire (mais aussi tous les harcèlement) peut pour détruire à jamais de l'intérieur.

Du plus loin que je m'en souvienne les autres enfants m'ont toujours embêté, pourquoi je ne sais pas. Peut-être parce que j'ai toujours été une petite chose timide et réservée. J'ai toujours été la cible parfaite.

Mon première souvenir de harcèlement remonte à la maternelle, alors bien entendu à l'époque c'est pas bien méchant. N'empêche ça reste mon unique souvenir de l'école maternelle, c'est pour vous dire combien cela m'a marqué. Je devais être en moyenne section je portais un manteau blanc en poil. Une grande m'embêtait à la récréation en me bousculant et en me disant que je ressemblais à un mouton. On dit les enfants pures, moi je peux vous dire que ça peut être de cruels petits merdeux.

L'école primaire n'a pas non plus été une partie de plaisir. D'ailleurs je n'ai jamais aimé l'école. Je n'étais pas vraiment harcelée mais j'étais déjà victime de violence et d'insultes alors que je vivais ma vie et n'embêtait personne. Je n'ai jamais vraiment compris cette violence gratuite.

C'était en CM2 pour certains cours, on changeait de classe et de maître pour nous préparer au collège. A un des cours, je me retrouvai assise au fond de la classe, à côté d’un redoublant déjà bien grand et costaud qui n’hésitait pas à me malmener à la moindre occasion. Il avait besoin d’une feuille pour écrire ? Il me pinçait. Il avait besoin d’une cartouche d’encre ? Il me pinçait. Je ne l’ai jamais raconté à personne. Pourquoi, je ne sais pas. Peut-être parce que c’était seulement occasionnel, alors je passais à autre chose. J'ai pendant longtemps mis cela de côté, ça m'est revenu comme un boomerang des années après.


Enfant je n'ai jamais pensé à me défendre, ce n'était pas dans mon tempérament.

C'était l'époque où pour quasiment tout le monde il y avait du bon pour un gamin à se faire violenter car ça lui forgeait le caractère...on va dire ça...oui ça le forge mais dans le mauvais sens du terme. Je vivais la peur au ventre.

L'été précédant mon entrée en sixième, lors d'un séjour d'une semaine en colonie de vacances un des copains avec lesquels je traînais m'avait prédit que mon année de sixième serait un calvaire. Des années après je me souviens encore parfaitement de la scène. Je ne comprenais pourquoi il me disait ça, à l'époque je lui ai ri au né. Comment a-t-il su que j'allais subir une année de violences morales, physiques, d'humiliations et que PERSONNE, absolument personne ne ferait rien.


Pourtant il avait vu juste. Il avait bien deviné, il avait compris que l’année qui allait arriver serait un enfer pour moi. En sixième, les brimades sont devenues quotidiennes à cause de deux filles qui ont fait de moi leur bouc émissaire. C’était en 1995. Le harcèlement scolaire était un sujet plus que tabou et personne n’en parlait. Cette année-là, je ne pourrai jamais l’oublier. Elle me hante encore aujourd’hui, 20 ans après et jusqu'à ma mort j'en porterais les stigmates.

Vous voyez avec mes yeux d'adultes, je pourrais presque pardonner aux enfants qui m'ont harcelé (enfin presque hein...je pense qu'à 11/12 ans on sait très bien ce qu'on fait et j'ai beau ne pas être rancunière j'espère qu'un jour le karma fera sont boulot et punira ces pestes !) mais je ne pardonnerais jamais à ces adultes qui étaient au courant et qui n'ont rien fait pour m'aider.

Je ne comprends toujours pas comment les adultes ont pu laisser les élèves de ma classe me maltraiter et fermer les yeux. Je reste sidérée qu'aujourd'hui ce soit toujours d'actualité.

Cette année m’a détruite à jamais : elle a anéanti mon estime de moi, elle m’a enlevé une grande partie de ma joie de vivre et m’a donné plus d’une fois l’envie de mourir pour que tout s’arrête.

Je ne saurai jamais ce que j’ai pu faire de mal..RIEN, justement c'est bien ça le problème. J’étais juste petite, timide et sans défense, bref… la cible idéale. Si au début mes bourreaux étaient un duo d’adolescentes, très vite toute la classe s’est prise au jeu. J’étais seule contre tous à subir de la méchanceté et de la violence gratuite. Ça a débuté par des moqueries, puis des insultes. Ensuite les coups et les humiliations ont fait partie de mon quotidien. Tout était bon pour me faire mal, pour faire pleurer, pour faire rire les autres. Personne ne voyait rien, personne ne voulait rien voir. J’étais seule, sans amis, isolée et sans défense.


J'ai souvent cette image qui me revient en tête, c'était à la fin d'une heure de mathématique et je n'en pouvais plus de la situation. Les larmes aux yeux j'ai décidé d'aller en parler après le cours au professeur de mathématiques. Il a écouté. Il aurait pu faire quelque chose mais il n'a jamais rien fait, lui l'adulte, rien. Je suis restée seule avec ma détresse.

Certains professeurs ont même cautionnaient la situation, c'est le cas du professeur d'EPS. Lors des séances d’athlétisme je recevais des coups dans le tendon d’Achille de la part des histoires histoire que je cours ma . A l'époque je n'aimais déjà pas le sport mais vous imaginez bien que dans de telles conditions je n'avais pas la moindre envie d'en faire. Le professeur fermait les yeux, j'avais de mauvaises notes et des appréciations désobligeantes de sa part. Quand j'ai relu un jour mes bulletins de notes de sixième je n'en suis pas revenue.

Mais vous savez le pire dans l'histoire ? Le chef d’établissement et mes professeurs étaient parfaitement au courant de ma situation mais personne n’a rien fait, personne n’a bougé le petit doigt.

Pendant une année on m'a bousculé, frappé, insulté, humilié de toutes les façons possibles. J'ai eu le droit à ma petite chanson sur l'air de la chanson principale d'Aladdin, on m'a baissé la jupe au milieu de la cours de récréations, on me tenait à l'écart...

Je n'ai jamais gardé tout ça pour moi, j'en avais parlé à ma mère. Elle a commencé par engueuler les gamins qui m'emmerdaient mais bien sûr ils s'en fichaient et en plus les parents soutenaient le comportement de leur gosses. Elle est allée voir le principal, il y a eu des lettres recommandées mais personne dans mon collège n'a rien fait. PERSONNE.
Pire en 5 ème on m'a remis dans la même classe, avec les mêmes élèves... A partir de cette année là j'ai juste essayé de me fondre dans la masse pour qu'on m'oublie et pour qu'on m'accepte.

Depuis ce jour je ne cesse finalement de m'excuser d'exister. Dimanche un ami en me parlant de la chienne adopté il a peu par ma mère m'a dit qu'elle me faisait penser à moi. J'ai eu une pause. Et je lui ai répondu « oui elle semble toujours s'excuser d'exister ». Oui 20 ans ont passé et j'ai toujours cette peur intense de gêner, d'être un boulet, d'être de trop parce que lorsque j'avais 11 ans pendant une année scolaire entière on m'a donné cette impression que je n'aurais jamais dû exister.


Je n’ai jamais rien fait pour que les autres m’agressent et me détestent. Je crois que c’est ça le plus dur. Je demandais juste une chose : avoir des amis. Je n’ai eu que des bourreaux et des spectateurs qui se complaisaient de la situation. Il y avait aussi les autres qui ne disaient rien par peur de devenir à leur tour des victimes. J’aurais pu me défendre mais ce n’était pas ma nature (du moins à l'époque) Et j’imagine que si j’avais fini par assommer quelqu’un ça serait retourné contre moi.

Les insomnies ont débuté: j'étais tellement terrorisée à l'idée de retourner en cours le lendemain que je n'en dormais plus. Comment dormir sereinement lorsqu'on a une boule d'angoisse au ventre ? Le dimanche, plus les heures passaient, plus la peur du retour en cours me rendait malade parce que c'était synonyme d' une nouvelle semaine dans la bouche de l'enfer. Les insomnies sont restées pendant des années, les angoisses noctures aussi. Encore aujourd'hui il m'arrive le dimanche soir de ressentir cette boule d'angoisse qui grandit en moi au fil des heures pourtant le lundi ce n'est pas moi qui vais à l'école.


Ma mère a fini par m’inscrire à la boxe afin que j’apprenne à me défendre. Elle avait même prévenu le principal du collège qu’elle m’avait promis 100 francs pour le premier gamin que j’assommerais Je n’aimais pas la boxe. Je ne voulais pas en faire. Je n’aimais pas le sport. Je ne voulais taper sur personne. Je voulais juste être tranquille. Je voulais juste avoir quelques amis. Je ne demandais pas la lune.

Un jour, dans le cadre d'un cours de Sciences de la Vie et de la Terre, j’ai amené un poisson mort au collège. Ce jour-là, j’ai menti à ma mère en lui disant que j’avais frappé un de ses sales gosses qui me harcelaient avec. Je ne sais pas pourquoi j’ai menti...peut-être parce que j’aurais aimé avoir le courage de la faire, plutôt que de baisser la tête et de regarder par terre en subissant une énième violence. Peut-être parce que j’avais honte de ne pas être capable de me défendre. Peut-être parce que je voulais qu’elle soit fière de moi parce que j'avais l'impression d'être un boulet. Je crois d'ailleurs que je n'ai jamais dit la vérité à ma mère depuis tout ce temps.

L’année s’est terminée. J’y ai survécu, mais à quel prix ? J’avais d’excellentes notes mais il ne me restait plus que ça. Plus j’en bavais, meilleures étaient mes notes et je crois que les autres m'en voulaient encore plus.

Je me disais que l’année de cinquième serait meilleure, que je serais dans une autre classe. Mais non, je l’ai passée avec les mêmes élèves, les mêmes bourreaux. Je me suis faite plus petite qu’une souris en attendant que l'année passe. Les années ont passé ; même si je ne subissais plus de harcèlement j’ai toujours été celle qu’on embête, celle à qui on fait des méchancetés de temps à autres juste pour s’amuser. J'étais bien contente de partir enfin du collège.


En seconde, je pensais naïvement que tout changerait. Mais une fois de plus je me suis fait marcher sur les pieds. Les autres n’étaient pas méchants avec moi mais je recevais quand même de temps à autre des réflexions pas très agréables. Ça m’énervait car je ne parvenais pas à répondre alors que je voulais. Je bouillais sur place. En toute fin d’année je suis enfin parvenue à répliquer à une énième pique qui n’était drôle que pour eux, c'était une petite victoire et un soulagement.

J’ai commencé à avoir de la répartie en première et à ne plus avoir peur des autres. J’ai compris aussi qu’il fallait bluffer, faire croire à l’autre que s’il songeait un instant à me chercher, il recevrait cordialement mon gauche dans sa figure. Je n'avais même plus peur d'avoir mal ou de recevoir un coups. La même année j'ai développé une dépression profonde couplée à de l'anorexie...

J’ai appris bien plus tard l'expression pour décrire ce que j’ai subi durant mon année de sixième (et tout au long de ma scolarité avec plus ou moins d'intensité) : « harcèlement scolaire ». À cette époque, le terme était tabou. On a commencé à en parler récemment en essayant d’ailleurs d’accuser Internet et les réseaux sociaux. Mais non, en 1995 je peux vous dire que ça existait déjà. Je peux vous dire que cette année-là a gâché mon adolescence et le début de ma vie d’adulte et me fragilise encore. Encore aujourd'hui des enfants et des jeunes adultes souffrent chaque jour de cette situation et c'est intolérable. Combien d'enfants ou de jeunes adultes souffrent en silence ? Combien d'enfants ou de jeunes adultes préfèrent mourir que de supporter un jour de plus de se faire harceler ?

J’ai eu la chance à mon époque qu’Internet et le téléphone portable n’existent pas : le harcèlement restait à l’école. On ne pouvait pas m’atteindre chez moi. Ce qui n’est malheureusement plus le cas maintenant.

Le harcèlement ne forge pas le caractère, ça le détruit


Être frappée, humiliée, insultée, ça ne m’a pas endurcie, au contraire :
  • À court terme, le harcèlement provoque des troubles du métabolisme et du comportement ainsi qu’un isolement relationnel.
  • À moyen terme apparaissent des troubles anxio-dépressifs et l’échec scolaire.
  • À long terme, on observe des troubles de la socialisation et des troubles psychiatriques.

Si les adultes avaient agi à l’époque, je me dis que je n’aurais pas été si abîmée. En attendant, c’est moi qui en ai payé la note entre une anxiété généralisée, une estime de moi plus que pourrie, une dépression profonde, une peur de l’échec qui m’a paralysée pendant longtemps (encore maintenant elle est là dans un petit coin) une petite phobie sociale qui persiste et des troubles du comportement alimentaire.

Je n’aime pas les « si », car malgré la douleur j’accepte pleinement mon passé, mais ça ne m’empêche pas de me dire parfois que si je n’avais pas subi de harcèlement scolaire, je ne serais pas un loup solitaire, j’aurais confiance en moi, je n’aurais pas cette impression quasi-permanente d’être de trop, je ne me serais jamais auto-mutilée, j’aurais pu faire de brillantes études car malheureusement la dépression et l’anorexie ont gâché mes études supérieures, que je n’ai pas pu valider. On m'encourage parfois à les reprendre mais la peur de l'échec reste et je n'ai pas envie une fois de plus de devoir tout arrêter en cours de route, ça serait la fois de trop, je ne le supporterais pas.

Pendant des années, je me suis sentie vide : il y avait un trou béant en moi que je n’arrivais à reboucher. Il y a fallu que je devienne maman pour que ce trou noir se rebouche.

Aujourd’hui, je vais mieux mais tout est loin d’être réglé. Ma dépression est guérie, je peux dire merci à ma fille chérie qui m’a enfin redonné goût à la vie mais je reste malgré tout fragile et j'ai toujours cette peur au ventre que cette fichue dépression revienne et m'avale tout crue.

L’anorexie est plus ou moins en rémission : j'ai un poids normal alors tout le monde pense que je suis guérie mais je reste en guerre contre mon corps et ma relation à la nourriture reste compliquée Je dirais que j'ai surtout appris à vivre avec mes troubles alimentaires et qu'au bout de 15 ans j'ai trouvé un équilibre.

Mon estime de moi n’est toujours pas terrible, même si j’ai appris à le cacher...parce qu'il le faut, parce que je refuse qu'on me marche à nouveau sur mes pieds. Je crois que je pourrais être très méchante si c'était le cas...

Je reste une personne anxieuse qui évite au maximum les situations angoissantes. Des fois j'ai l'impression que mes angoisses vont mieux mais non, quand une situation angoissante se pointe je suis tétanisée. J'ai stresse pour les vacances, pour le moindre rendez-vous, pour le moindre changement dans ma vie...et je peux vous dire que souvent c'est épuisant parce qu'à la fin je suis toujours en train de me battre contre moi-même.

Je suis toujours quelqu’un d’ultra-sensible qui culpabilise à la vitesse de la lumière.

J’ai toujours cette foutue impression d’être de trop. J’ai toujours cette foutue impression d’être une personne inintéressante. Ça m'arrive parfois de me demander ce que l'amoureux me trouve...

Malgré tout j'essaie de prendre la vie du bon côté parce qu'il faut, parce que je veux être heureuse, parce que je veux être épanouie. Mais ce passé est gravé à jamais dans mon corps et dans mes veines. J'ai beau l'avoir accepter, les restes sont là et mes hantes.

Des psy pour m'aider j'en ai vu, ils ont surtout aidé mon portefeuille à se vider...

Si je vais mieux aujourd'hui c'est grâce à ma mère et son amour inconditionnel qui a toujours été la pour moi, c'est grâce à ma fille qui a rempli le néant qui me dévorait de l'intérieur, c'est grâce mon amoureux qui m'aime comme je suis, grâce à mes proches amis à l'écoute attentive et parce que malgré toutes les merdes que j'ai pu avoir dans ma vie j'ai cette furieuse envie de vivre.


Si l'envie vous dit, vous pouvez aller sur le site de France Télévision pour signer le manifeste contre le harcèlement scolaire http://www.francetv.fr/temoignages/harcelement-scolaire/, on peut également témoigner anonymement ou non.

Et si vous ne l'avez pas vu, vous pouvez regarder en replay le numéro d'infrarouge consacré au harcèlement scolaire http://www.france2.fr/emissions/infrarouge


mardi 27 septembre 2016

L'Insider box #2

Début Juillet, j'ai eu la chance de recevoir ma seconde Insider Box du site Nu3. Comme la précédente c'était la box sportive aka la box Fit & Fun.

Pour tout savoir sur l'Insider Box, je vous renvois vers cet article ICI

Je devais vous la présenter bien avant et puis je ne sais pas j'ai complètement zappé. Comme on dit mieux vaut tard que jamais non ?





Dans cette seconde box on pouvait trouver :


~ Barre Nutri-Nick Sport Crunch ~


Ce sont des gaufrettes au chocolat enrichies en protéines, sans addition de sucre de table et sucrée avec la stevia et sans gluten. Elles contiennent jusqu'à 30 % de protéines. Elles sont sans colorants, sans conservateurs, sans gélatine et végétarienne.
Elles sont parfaites pour une collation gourmande sans aucun sucre et sans glucides

Mon avis : ces barres changent des barres protéinées classiques. J'ai été surprise car niveau goût elles sont peu sucrées. La texture gaufrette est sympathique. J'ai apprécié les différentes saveur.




Matcha de cuisine ~


Le matcha est un thé vert japonnais qui a été finement broyé. Il peut être mélangé à d’autres ingrédients pour des recettes de cuisine comme de la crème glacée, des gâteaux, des smoothie, Ce thé offre également des bienfaits exceptionnels pour la santé.

Mon avis : ça faisait des mois que j'avais envie de m'acheter du matcha pour réaliser mes recettes et je n'ai pas encore eu le temps de tester mais ça ne saurait tarder.



Protéine de riz Bio ~


Cette protéine est sans gluten, sans sucre et végétalien. Elle est à base de poudre de riz brun germé. Elle contient tous les acides aminées essentiels. On peut l'utiliser aussi bien en shaker, qu'en smoothie, en sauce, en pâtisserie...

Mon avis : cette protéine nature est idéale pour enrichir mes recettes en protéines. A noter qu'on sent le goût du riz.




Oat energy bar de la marque nu3 ~


C'est un snack naturel à base de flocons d'avoine fondants. Il est végétalien et sans conservateurs.
Grâce aux glucides qu'elle contient, cette barre apporte instantanément de l'énergie ce qui en fait un snack idéal pour le sport.

Mon avis : je n'ai malheureusement pas pu goûter cette merveille car elle n'est pas garantie sans gluten mais je l'aurais bien dévoré avec gourmandise.




J'ai adoré cette seconde box, elle contenait des produits que je voulais m'acheter dans un futur proche ce qui fait que j'étais aux anges.

Pour la prochaine box, j'ai choisi une d'une autre catégorie mais je ne sais plus laquelle...je pense que c'est la vegan dans mes souvenirs...d'ailleurs elle ne devrait plus trop tarder je pense.


Et vous mes fitchoux, vous connaissez ces produits?


Douce soirée

Des bisous




dimanche 25 septembre 2016

Happy 6 Mini Chou

Il y a 10 jours Mini Chou a soufflé sa sixième bougie. Bon d'accord, on a triché un peu puisqu'on l'a fêté quelques jours avant. Mais elle l'a fêté le jour même à l'école avec ses copains et copines.

Cette année Mini Chou a voulu un anniversaire sur le thème de Raiponce. J'ai cru que je ne viendrais jamais au bout de son gâteau car le montage de mon gâteau damier ne s'est pas passé comme je le voulais (ça n'aurait pas été drôle sinon...) L'anneau du gâteau supérieur est parti en lambeaux...de ce fait au lieu d'un gâteau très haut, j'ai obtenu un gâteau à 2 étages et finalement ma foi le résultat était plutôt pas mal.







Comme toujours la puce a été plus que gâtée. Elle avait déjà eu en avance sa poussette, bien entendu je lui ai offert de nouvelles bricoles : du vernis à ongles qui part à l'eau et la maman sportive playmobil. Elle a reçu également la roue playmobil et la porche carrera mais aussi un poste lecteur CD avec un CD de musique. Quand je vois ses cadeaux, je me rends compte que mon bébé est devenue une grande fille.





Petit texte que j'ai mis sur IG 
Aujourd'hui tu as eu tes 6 ans 🎂🎈🎉 Je suis fière de la grande fille que tu deviens.  Tu es une grande sensible comme moi,  des fois les autres ne comprennent pas,  j'avoue des fois ça me fatigue  mais pour moi c'est la plus belle des qualités, c'est celle qui nous rend humaine,  celle qui nous fait voir le monde différemment. Tu as un caractère bien trempé et ma foi c'est pas plus mal dans le monde actuel qui est sans pitié 
Cela fait 6 ans que tu as fait de moi une maman.  Cela fait 6 ans que je revis à tes côtés, tu as comblé ce trou noir qui me dévorait depuis l'adolescence.  Cela fait 6 ans que j'apprends à me dépasser chaque jour.  J'ai appris à tes côtés la bienveillance,  déjà envers toi,  mais aussi envers les autres et envers moi même . Je ne suis pas une maman parfaite mais j'essaie de faire de mon mieux. Je te souhaite un bel anniversaire ma mini chou,  je t'aime tant ❤️❤️❤️


Depuis que je suis maman, je trouve que le temps passe plus vite qu'avant, 


les années filent à une vitesse folle.

Et vous, ça vous le fait aussi?


Je vous souhaite une belle soirée.





vendredi 23 septembre 2016

Cookies chocolat noisette {sans gluten, sans lactose}

Hier j'en ai fait rêver plus d'un avec ma recette de cookies sur Instagram....Bon il faut dire que le close up était des plus alléchants.


Comme je suis gentille, je me suis dit que j'allais vous partager cette nouvelle recette rapidement pour que vous puissiez en profiter ce week-end.

En rentrant de l'école hier après-midi j'ai eu cette envie subite de pâtisser. Ouais ouais ça m'arrive comme ça. J'ai donc attrapé un de mes nombreux livres de recettes à la recherche d'une nouvelle recette sucrée. Je suis tombée sur ces cookies aux noisettes et au chocolat qui me criaient "mange moi".

Je comptais suivre à la lettre la recette mais non je n'y arrive plus, il faut toujours que je m'approprie les recettes en les modifiant à mon goût. J'ai enlevé ci, j'ai rajouté ça...et le résultat est juste délicieux.

Je les ai regoûté ce matin et je suis toujours du même avis : ils sont trop bons.

Allez assez de blabla, passons à la recette.




Ingrédients:
  • 1 œuf
  • 100 g de sucre de canne complet
  • 1 pincée de sel
  • 1 cuillère à café de vanille liquide
  • 175 g de farine de riz complète (ou autre)
  • 50 g de poudre de noisette
  • 50 g de fécule de mais
  • ½ sachet de levure
  • 100 g de margarine (ou de beurre)
  • 100 g de pépites de chocolat
  • 50 g de noisettes concassées en gros morceaux


Préparation:

  1. Préchauffez votre four à 150°.
  2. Dans un saladier mélangez l'oeuf et le sucre, ajoutez la pincée de sel et la vanille liquide. Ajoutez ensuite la farine, la poudre de noisette et la fécule de mais. Mélangez jusqu'à obtenir une texture sableuse.
  3. Faites fondre la margarine et ajoutez la au mélanger.
  4. Ajoutez enfin les pépites de chocolat et les noisettes concassées.
  5. A l'aide d'une cuillère à soupe faites des petits tas sur une plaque de pâtisserie, essayez de donner une forme ronde à votre futur cookie et aplatissez le. Faites cuire 10/12 minutes, les bords doivent être dorés.
  6. Laissez refroidir sur une grille, attention ils sont fragiles.


Alors mes fitchoux, allez vous tester cette recette ce week-end?


On fait rien de mieux qu'un petit cookie avec un thé ou un café?


Je vous embrasse.



lundi 19 septembre 2016

Happy 33 ans

Hello mes fitchoux,

J'espère que vous allez bien aujourd'hui. Une nouvelle semaine commence, je trouve que le temps passe si vite. 

Aujourd'hui j'avais envie de revenir sur mon anniversaire que j'ai fêté le 28 août. Début septembre étant bien remplie j'ai pris du retard sur les publications du blog et je vais tenter de rattraper tout ça.

Le 28 août j'ai donc soufflé mes 33 bougies et j'ai été bien gâtée. J'ai eu le bureau dont je rêvais et une nouvelle table basse ainsi que de nouveaux livres dont j'ai hâte de réaliser les recettes.




On s'est bien régalé.

En entrée c'était tartines de crotins de chèvre avec du jambon de bayonne et une salade de courgettes.
En plat du filet de canard avec des potatoes maison avec un palet courgettes maison
En dessert c'est une tarte à la mirabelle et  un cheesecake.

Tout fait maison bien entendu .




samedi 17 septembre 2016

L'impact des mots

On ne se rend pas toujours compte de l'impact des mots ils peuvent être blessant. C'est pourquoi j'essaie toujours de faire attention aux mots que j'utilise.




Je me souviens quand j'étais gamine, mon père me disait toujours que j'étais « dodue ». Je ne l'étais pas plus qu'un autre enfant, pour lui c'était affectueux. Mais pendant de nombreuses années dans ma tête c'était ce mot qui me définissait. 

Plus tard, lorsque je suis tombée dans l'anorexie il suffisait qu'on me dise un jour « oh mais tu as bonne mine aujourd'hui » pour me gâcher la journée. Vous allez me dire pourquoi donc ? Parce que dans ma tête si j'avais bonne mine, c'est que j'avais dû trop manger et que j'avais probablement grossi.

Je suis à la base une personne réservée et timide, avec les années je suis passée au dessus. Mais j'ai souvent pris des réflexions sur le sujet, des petits mots pas sympa qui une fois de plus m'ont enfermé dans ces mots avec lesquels on me qualifiait. Si bien que j'ai fini par croire que j'étais une personne inintéressante et ça m'arrive encore d'avoir cette impression d'être de trop dans un groupe.  Il y a longtemps j'avais parlé à une amie du fait que j'avais peur de déranger les gens, de la déranger elle...Elle m'a rétorqué que si c'était le cas, elle ne traînerait pas avec moi. 

Ainsi certains mots trop souvent répétés peuvent nous faire croire que nous sommes ce que nous ne sommes pas...enfin je ne sais pas si je suis claire. Mais par exemple si on vous répète chaque jour que vous êtes bon à rien, vous allez à force le croire et du coup vous finirez par l'être.

Souvent les gens ne se rendent pas compte de l'énorme impact des mots. Je le vois sur Instagram. Je sais que souvent ce n'est pas dit méchamment (quoique...) Reste que ça peut être blessant, avant d'écrire quelque chose ou de dire quelque chose il faut réfléchir. L'être humain possède c'est capacité alors autant l'utiliser non ? 

Depuis la naissance de ma fille, j'essaie toujours de faire attention aux mots que j'utilise avec elle (et avec les autres personnes en général) J'ai envie qu'elle grandisse en ayant confiance en elle, qu'elle voit ses qualités plutôt que ses défauts. Malheureusement il y a l'extérieur, notamment l'école où des fois les maîtresses devraient tourner 7 fois leurs langues dans leur bouche avant de parler. C'est ainsi qu'en moyenne section j'ai arrêté d'accompagner les petits au sport parce que je ne supportais plus d'entendre la maîtresse dire à ma fille que c'était une chochotte. Non ma fille est juste sensible, bien plus sensible que les autres. Malheureusement comme souvent quand on ne rentre pas dans une case ça ne va pas. 

Tout ça pour vous dire, faites attention à ce que vous dites. On peut vite blesser quelqu'un sans le vouloir.

Après je sais que certains se font un malin plaisir à faire mal avec leurs mots...ceux qui rajoutent « oh mais c'est pour rire » ou bien « oh mais si c'est pas méchant ». On le sait très bien que si on rajoute le « c'est pour rire » justement ce n'est pas pour rire.

S'il y a bien une chose que je déteste c'est la méchanceté gratuite, malheureusement sur Internet et les réseaux sociaux elle est monnaie courante comme si les gens ne se rendaient pas compte que derrière leur écran il y a des vraies personnes avec des vrais sentiments et des vraies émotions.

Pourquoi ce blabla aujourd'hui? Parce que cette semaine j'ai justement eu des petits mots qui m'ont piqués, qui sur le coup m'ont fait douté et puis je suis passée au dessus parce que j'ai appris à le faire. Mais je pense à ceux qui ne parviennent pas à le faire et qui se retrouvent blesser au plus profond d'eux même. J'aimerais tant que les être humais soient un peu plus bienveillants entre eux...mais c'est malheureusement une douce utopie.

Je vous souhaite une douce soirée mes fitchoux.

Des bisous

mercredi 14 septembre 2016

Un ventre plat en 4 semaines

Ça fait quelque temps maintenant que je délaisse un peu mes abdos. 

J'ai eu une époque où je les travaillais énormément avec du gainage et avec les différents programmes que je suivais.

Et puis au printemps j'ai eu mon « burn-out »  sportif, du coup j'ai ralenti la cadence et j'ai mis le gainage de côté pour raccourcir mes séances.

Il y a eu aussi les vacances qui avec les apéros m'ont laissé un peu de gras par-ci par là.

J'ai donc décidé que l'objectif de ma rentrée serait de me recentrer sur ma sangle abdominale. 

Par chance ma copine Ludy, coach sportif et nutrition , a sorti pile au même moment son programme d'entraînement ventre plat. Bref le timing idéal !

J'ai donc décidé de suivre son programme spécial ventre plat de 4 semaines qui nous promet un ventre plus plat un dos plus fort et une meilleure posture. Tout ce que j'aime.



Ce programme cible les bons abdominaux car oui un ventre plat ne s'obtient pas avec des crunchs, des sit-up ou des pédalos...

Mais alors c'est quoi les mauvais abdos? 
Ce sont tous les exercices qui vont ramener les épaules vers les hanches et qui ont pour effet de raccourcir le grand droit. Ils sont vraiment très mauvais pour notre périnée d'une part car ils augmentent la pression dans notre ventre et d'autre part ils font faire ressortir le ventre au lieu de le rentrer, ils nous font mal au dos... Bref ce n'est pas ce qu'on veut non ?  Nous on veut un ventre bien plat. De plus avec ce type d'abdos on abîme notre périnée ! On risque une descente d'organes ainsi que des fuites urinaires. Oui je sais ce n'est pas très glamour, c'est pourquoi il ne faut pas faire n'importe quoi et prendre soin de notre corps.

C'est pourquoi que j'ai pris la décision de bannir les mauvais abdos pour ne garder que les bons.

Et les bons abdos alors ? 
Ce sont les abdos que l'on nomme les hypopressifs. Je les connaissais de nom mais voilà je n'avais jusqu'à maintenant pas vraiment compris comment les faire. Mais ça c'était avant car grâce à Ludy maintenant j'ai compris facilement et rapidement comment les effectuer.

Le programme ne se contente pas de cibler les abdos, il va vous permettre aussi de travailler votre dos car un dos fort est important dans la vie de tous les jours. Qui ne s'est jamais plaint d'avoir mal au dos ? Un dos fort et plus globalement un corps fort est aussi très important pour une grossesse. Je peux vous dire que lorsque j'étais enceinte, mon dos n'était pas musclé et j'ai douillé à mort. C'est d'ailleurs grâce au sport que j'ai guéri ma sciatique.





De quoi se compose le programme ventre plat ?


  • D'un programme sportif d'un mois avec les vidéos explicatives des exercices à réaliser. Chaque semaine comprend 3 entraînements de renforcement musculaire d'une vingtaine de minutes ciblant la sangle abdominale ainsi qu'un entraînement de hiit facultatif.
  • D'un guide pratique qui va tout vous apprendre sur la sangle abdominale et qui est rempli de conseils.
  • Un livre de 20 recettes saines et gourmandes
  • une liste de courses
  • un exemple de plan alimentaire sur 1 semaine
  • 18 conseils pour une vie plus saine

Pourquoi j'aime ce programme :


  • Il est fait par une coach que je connais, que j'apprécie et en qui j'ai confiance. 
  • Il est claire, accessible et complet. 
  • Il y a un groupe d'entraide sur Facebook
  • J'adore la mise en page, ben oui c'est un critère super important pour moi.
  • Il s'adapte à notre niveau qu'on soit débutante ou confirmée.
  • Tous les exercices sont expliqués clairement en vidéos. C'est souvent ce qui manque aux autres guides que j'ai pu tester.
  • Chaque séance dure environ 20 minutes ce qui permet de l'intégrer à nos trainings. 


J'ai commencé hier, on se retrouve dans un mois pour les résultats. 




Le programme coûte 49 euros mais il est en promotion à 39 euros jusqu'au vendredi 16 septembre minuit.



Et vous, vous en êtes où avec vos abdos ?


Des bisous


mardi 13 septembre 2016

#4 favoris août 2016

Qui dit nouveau mois, dit une vidéo favoris du mois précdént.

Pas de grand blabla, tout est dans la vidéo.

Bon visionnage mes fitchoux.

Des bisous




Vacances en Bretagne #7 &8

Je devais publier cet article depuis un petit bout de temps...et puis entre la rentrée, la chute de la puce en vélo, des soirs où j'étais malade, l'anniversaire de Mini-Chou bref j'ai pris du retard. Mais ce n'est pas bien grave il y a pire dans la vie.

Pour notre dernier jour dans le Finistère, le matin nous sommes allés faire un tour au marché où nous avons acheté des bonnes fraises et aussi de bons macarons Puis nous sommes allés boire un bon thé en compagnie de ma copinette et de ses enfants




L'après-midi nous sommes allés visiter la ville close de Concarneau. On avait envie de faire tellement de chose...mais une semaine ça passe si vite. Alors on a opté pour THE visite touristique et je ne regrette pas car c'était magnifique. C'est un endroit à voir une fois dans sa vie. On a même croisé un pirate qui a posé en photo avec mini chou contre une pièce d'or.







Vendredi nous devions revenir en Lorraine mais finalement nous avons décidé de allonger un peu notre séjour et de faire un saut jusqu'au Mont Saint Michel. Il n'y a pas à dire le Mont Saint Michel, est majestueux. Mais j'ai été surprise de tout le business autour...tout est payant même les toilettes ! C'est le truc qui m'insupporte au plus au point de devoir payer pour un besoin naturel. On a quand même décidé de visiter l'abbaye J'aurais aimé visité également les musées mais ça fait un sacré budget...dommage

On a terminé notre après midi en pataugeant dans la mer et en ramassant des coquillages, ça au moins c'était gratuit et bien agréable.

Nous sommes rentrés en Lorraine  avec pleins de jolis souvenirs.




Ce fût des vacances un peu courtes mais très agréables. Je remercie ma copinette Pripri de nous avoir accueilli les bras ouverts.












J'espère que vous aurez apprécié de nos vacances bretonnes.


Je vous embrasse



mardi 6 septembre 2016

Faire du sport avec l'application FizzUp {sport}

Hello mes fitchoux

Avec la rentrée, je me suis dit que ça pouvait être sympa de vous faire toute une série d'article sur les guides et applications que j'ai pu tester et dont je n'ai pas encore eu le temps de vous parler.

Je vais donc commencer par l'application Fizzup que j'ai découverte en début d'année. Je ne l'utilise pas régulièrement car j'ai un programme sportif à côté fait par mon coach, mais c'est une application que j'apprécie énormément.



Fizzup c'est une application de coaching sportif créée en 2015 disponible sur Ios et Android. Elle permet de s'entraîner à la maison (ou ailleurs) sans matériel avec des séances assez courtes ce qui est bien pratique quand on dispose de peu de temps, il suffit uniquement de disposer d'une connexion internet active.

Fizzup c'est 1 250 000 utilisateurs et 6000 nouveaux abonnés par jour.

Fizzup est le seul service de coaching sportif soutenu par le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Cette application s'adresse à tout le monde que vous n’ayez jamais fait du sport ou que vous soyez un sportif accomplit puis que les exercices s’adaptent en fonction de votre niveau. Je trouve qu'elle est idéale pour reprendre une activité sportive.

Les séances se font tous les deux jours pour une durée d'environ 20 minutes. Il y a déjà un échauffement puis un bloc d'exercices . On peut y ajouter un bloc cardio, un bloc abdos et un bloc étirements dans ce cas là on a une séance extra complète de ¾ d'heure.

Le cardio est sous la forme de HIIT aka High Intensity Interval Training. Le HIIT permet de travailler le cœur par des exercices de cardio courts et intenses entrecoupé de temps de repos. Le HIIT provoque le phénomène d’EPOC c'est à dire de Consommation d’Oxygène Post-Exercice Physique qui entraîne la dégradation de graisses par l’organisme jusqu’à 48 heures après l’effort.
En 7 minutes de HIIT vous brûlez autant de graisses qu’une séance de course à pied de durée bien supérieure.

Un coach virtuel exécute les exercices avec nous tout au long de la séance ce qui permet de bien voir l'exécution des mouvements.

Chaque niveau se termine par un test ce qui  permet d'observer sa progression. De plus à chaque niveau un nouveau test est proposé pourobtenir un nouveau programme parfaitement adapté à nos capacités.

L'application est gratuite pour le premier niveau, après il faudra débourser 19,99 euros pour un mois sans engagement ou 9,99 € par mois en s'engageant un an.

L'option PRO ouvre à des options supplémentaires :
  • un guide nutritionnel complet
  • un programme d’entraînement adapté
  • un temps d’entraînement modulable
  • et plus de variété avec 90 nouveaux exercices


Même si finalement j'utilise peu cette application, il n'en reste pas moins que l'apprécie énormément. J'aime aussi l'équipe qui est derrière qui est jeune et dynamique. 

Sur le site web de FizzUp vous trouverez aussi une partie blog remplie d'articles de motivation, de conseils d'experts mais aussi de lifestyle et de nutrition. 

Retrouvez aussi FizzUp sur Instagram ICI

Je vous propose d'ailleurs de gagner un mois d'abonnement Fizzup PRO sur ma page instagram ICI




Alors mes fitchoux, vous connaissez cette application?
Allez vous la tester?


Belle soirée


Des bisous


dimanche 4 septembre 2016

C'est ça la vie: un fragile équilibre entre l'harmonie et le chaos

Vendredi en fin d'après-midi, je suis allée me balader en vélo avec mini-chou. Le temps était idéal, le soleil commençait doucement à descendre ce qui donnait une lumière dorée, le soleil chauffait nos épaules et une douce odeur de foin flottait dans l'air. C'était parfait, on passait un moment si agréable. On se sentait si bien.



Mais sur le chemin du retour tout a basculé en quelques secondes : dans la descente mini-chou avide de vitesse est allée bien trop vite malgré mes recommandations. Elle a commencé à zigzaguer. Je n'ai pas eu le temps de la rappeler à l'ordre, c'était trop tard. Je l'ai vu passé par dessus son vélo en faisant un espèce de salto avec la plus grande impuissance. Je me suis arrêtée et j'ai balancé mon vélo dans le fossé pour me précipiter au plus vite sur ma puce qui était allongée par terre le visage contre le bitume. J'ai eu la peur de ma vie. Elle a eu la peur de sa vie. Ce sont ces moments qu'on redoute quand on devient parent, qu'il arrive quelque chose à la chair de notre chair. Je l'ai vite relevée pour la mettre en sécurité dans le fossé. Elle pleurait à chaudes larmes tout en s'excusant de ne pas m'avoir écouté.

Rien de cassé, juste beaucoup d’égratignures notamment sur sa jolie frimousse. Il y avait beaucoup de sang, c'était impressionnant. Elle était entière, elle était vivante, elle allait bien. Son casque était bousillé. Son casque lui a sauvé certainement la vie.




Quand jy repense la dernière fois on avait oublié les casques... Sans casque elle aurait pu avoir un traumatise crânien, voire pire.

J'ai gardé mon sang froid, je l'ai nettyé avec de l'eau. On a marché un peu pour se mettre en sécurité et j'ai contacte ma mère pour qu'elle vienne nous chercher. Je mentis par omission à ma mère pour ne pas l’inquiéter, je lui ai dit que j'avais déraillé et que je ne parvennais pas à remettre ma chaîne. Pour le coup c'est totalement vrai. Ma mère est de nature inquiète, je n'avais pas envie qu'elle ait un accident en venant nous chercher. Dans ces moments là l'attente paraît si longue. J'ai racontais des bêtises à ma puce pour la rassurer, la faire rire, l'occuper, pour qu'elle ne s'endorme pas.

Je vous épargne la suite. On est rentrée prendre quelques affaires avant de repartir aux urgences. Le médecin m'a confirmé qu'elle n'avait que des égratignures. OUF

Vous savez j'ai longtemps fait partie de celle qui trouvait que le casque en vélo c'était pour les autres. Et puis pour motiver ma fille à porter le sien, je m'en suis achetée un aussi. Vendredi je me suis rendue compte de l'utilité du casque. On se dit que ça n'arrive qu'aux autres mais non. Malgré toutes mes précautions ma puce a un accident. Le casque a vélo devrait être obligatoire.


N'oubliez que la vie est courte, la vie est fragile.

Mini chou va bien, elle s'est remise vite de ses émotions. Ce qui la tracasse un peu c'est d'être "moche" (je la cite) pour le moment à cause de ses égratinures.


Et n'oubliez pas, le casque c'est obligatoire!


Douce soirée mes fitchoux